Mes engagements

Georges Brédent pour l’Alliance Outre-Mer: mes engagements.

La Guadeloupe debout dans l’Europe!

Un outre-mer autonome et indépendant des grands partis nationaux

Au sein de la campagne européenne et dans l’Europe, l’Outre-Mer constitue un enjeu à part entière et entièrement à part.
La liste «Alliance pour l’outre-mer » est pour cela, à travers sa composition, ancrée dans la réalité de l’outre-mer. Elle symbolise les valeurs progressistes et de progrès qui sont celles que les ultramarins ont exprimé lors des élections locales et qui sont les valeurs historiques de l’outre-mer.

Positionner la Guadeloupe dans l’Europe

L’élection des députés européens n’est pas une élection nationale. Oui, on peut dire qu’elle comporte une forte dimension identitaire que l’Europe reconnaît d’ailleurs à travers la Charte européenne des langues régionales là où le cadre républicain d’une élection nationale l’autorise moins.
L’outre-mer a donc son identité, ses propres enjeux, ses propres défis au même titre que l’Espagne, l’Italie, la Croatie…
Ce que je propose c’est trois sièges pour une voix de l’outre-mer plutôt que trois sièges dispersés à plusieurs endroits de l’Hémicycle.

L’Europe fait partie du quotidien des Guadeloupéens

L’Europe ne doit pas se construire par le bas: il faut préserver le modèle social
Il ne faut pas que l’entrée de pays dont le modèle social est plus en retard se traduise par un nivellement par le bas. Au contraire, l’Europe doit permettre une amélioration de leur modèle.
Je défendrai donc une Europe sociale, démocratique et solidaire. Par ailleurs, je lutterai pour que les APE ne jettent pas en pâture le développement de l’outre-mer au nom de la libre circulation des biens et des capitaux.

Il faut défendre les productions agricoles locales

Je m’opposerai à la concurrence des productions agricoles des pays ACP qui produisent à moindre coût que la Guadeloupe.
D’ailleurs, l’Europe est aussi présente dans l’économie notamment avec l’entrée en vigueur des Accords de Partenariat Economique (APE) ou encore les aides à l’agriculture qui restent nos productions traditionnelles. L’Europe ne doit pas être une menace pour l’économie mais plutôt une opportunité.

Protéger notre environnement

Je demande également la mise en place de normes plus drastiques pour l’outre-mer pour ne plus faire courir à nos régions le risque de catastrophes écologiques et sanitaires comme celle du chloredécone.
En effet, pour pouvoir trouver un compromis entre les 27 pays, l’Europe a tendance à édicter des normes plus souples quecelle de la France qui, du coup, est obligée de s’aligner.

Continuité territoriale pour nos étudiants

Tout le monde parle de continuité territoriale, mais oublie que la continuité territoriale doit se faire aussi avec l’Europe en premier lieu pour les étudiants.
Contenir cette question aux aides de l’Europe pour la conitnuité territoriale avec la France est réducteur.
Je vais plus loin que cela et parle de continuité territoriale européenne notamment dans le cadre des programmes ERASMUS.

Favoriser le développement de l’outre-mer

S’assurer que les RUP et PTOM Européens aientt atteint un niveau de développement suffisant avant de s’ouvrir aux pays ACP (Afrique Caraibe Pacifique), telle est l’idée que je défend.

Maintien de la péréquation des tarifs d’électricité et des services publics

Je ne veux pas que l’ouverture à la concurrence soit un prétexte pour que la France mette fin à la solidarité nationale qui s’exprime par la péréquation et l’égal accès aux services publics.

Favoriser le positionnement de la Guadeloupe dans son environnement régional
Je souhaite que l’Europe favorise le développement de filières d’excellence concurrentielles, la poursuite du rattrapage des retards en infrastructures et que le statut européen de l’outre-mer soit dessiné en tenant compte de son environnement régional.


Publicités
%d blogueurs aiment cette page :