La liste « Alliance des Outremers »

Liste

Publicités

Les élections du 6 Juin

1
2
3
4
5

La Guadeloupe dans l’union Européenne

L’Europe est dans le quotidien des Guadeloupéens.
De manière constante à travers les normes édictées par l’Europe et transposées dans le droit français.

L’Europe est aussi présente dans l’économie notamment avec par exemple l’entrée en vigueur des Accords de Partenariat Economique (APE) ou encore les aides à l’agriculture qui restent nos productions traditionnelles. L’Europe ne doit pas être une menace pour l’économie mais plutôt une opportunité.
Les APE sont entrés en vigueur au 1er janvier 2008, ils sont attente de ratification du côté européen et du côté des pays ACP. La question de l’octroi de mer se posera donc car ces pays pourraient le voir comme un facteur de concurrence déloyale.

Tous les grands projets d’investissement réalisant des infrastructures d’envergure portuaires ou aéroportuaires par exemple sont subventionnés par le FEDER dans une fourchette allant de 30 à 50 % du montant de l’investissement.
C’est aussi grâce à l’Europe que la Guadeloupe s’est dotée d’une plate-forme de données informatisées, portuaires et douanières en contribuant à près de la moitié de son financement.

L’Europe c’est aussi celle des étudiants avec des programmes tels qu’Erasmus qui pour l’outre-mer dédouble la question de la continuité territoriale.

C’est aussi l’avenir de la péréquation en matière d’électricité par exemple avec l’ouverture à la concurrence de la fourniture d’électricité ou l’ouverture de la poste à la concurrence.

La Guadeloupe doit aussi se positionner dans l’Europe mais aussi dans son environnement régional en tenant compte de son appartenance à l’Europe.

Présentation de la liste « Alliance des Outremers » à Paris lundi 18 juin


La liste « Alliance des Outremers » dans l’élection.

Une liste « Alliance pour l’outre-mer » qui, à travers sa composition, est ancrée dans la réalité de l’outre-mer.

Une liste qui symbolise les valeurs progressistes et de progrès qui sont celles que les ultramarins ont exprimé lors des élections locales et qui sont les valeurs historiques de l’outre-mer.

Une liste qui est aussi celle de la cohésion de l’outre-mer français qui pour l’Europe est un sous-ensemble au sein des RUP ou des PTOM, eux-mêmes sous-ensemble des pays de l’Union.
Il s’agit donc de ne pas émietter la voix de l’outre-mer.

Une liste de plus dont le programme est entièrement dédié à l’outre-mer et non un paragraphe dans le programme européen d’un parti national.

Charte Européenne des langues régionales

Oui, on peut dire que l’Europe comporte une forte dimension identitaire ce qu’elle reconnaît d’ailleurs à travers la Charte européenne des langues régionales là où le cadre républicain d’une élection nationale l’autorise moins.
Pour mémoire la position que notre parti le RND a adopté concernant la reconnaissance constitutionnelle des langues régionales.

Communiqué du Bureau Exécutif du R.N.D.

Objet : La reconnaissance constitutionnelle des langues régionales

Sensible à la déclaration de l’Académie française, le Sénat a supprimé l’amendement à l’article 1 de la Constitution, voté par les députés le 22 mai 2008, disposant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine  de la France ».

Le Rassemblement pour une Nouvelle Démocratie (R.N.D.) dénonce avec force le retour d’une FRANCE jacobine ;

Le R.N.D. affirme que les différentes composantes de la République doivent pouvoir vivre au quotidien leur diversité culturelle;

Le R.N.D. soutient qu’en conséquence, langue nationale et langue régionale peuvent et doivent cohabiter ;

Le R.N.D. invite donc les parlementaires de la République à se ressaisir et à ne pas rétrécir linguistiquement une France qui a encore besoin de démontrer la justesse de son triptyque: liberté, égalité, fraternité…qui supporte d’ailleurs que lui soit adjoint le mot IDENTITE.

Le 25 JUIN 2008
Pour le Bureau Exécutif du Rassemblement pour Une Nouvelle démocratie
Le Président
Georges BREDENT